INTRODUCTION

 

Personne ne sait combien de joueurs compulsifs s'enlèvent la vie au Canada. Le Conseil canadien de la sécurité estime toutefois qu'il y a quelque 200 suicides chaque année. Pour chaque joueur qui se suicide, cinq autres risquent de s'infliger des blessures pouvant nécessiter une hospitalisation. Il est ressorti d'une étude réalisée en Nouvelle-Écosse et rendue publique en octobre 2004, que le jeu était un facteur en cause dans 6,3 % des suicides. Dans cette province, les agents responsables des enquêtes sur les suicides sont tenus de poser des questions ayant trait à tout problème de jeu. Dans les autres provinces, la situation semble moins grave au plan statistique parce que les enquêteurs ne posent pas de questions sur le jeu si personne n'en fait mention. Le coroner en chef de l'Ontario a toutefois déclaré en novembre que les suicides liés au problème de jeu dans les casinos atteindront en 2004 un niveau sans égal dans cette province.

Selon un rapport de 1996 du Conseil national du bien-être social au Canada du gouvernement fédéral :

  • Les tentatives de suicide sont beaucoup plus fréquentes chez les joueurs pathologiques que chez les autres membres de la population.
  • Le taux de tentatives de suicide est plus élevé chez les joueurs pathologiques que chez les gens ayant d'autres dépendances.
  • Les joueurs compulsifs ont souvent d'autres problèmes de dépendances, telles que l'alcool et les drogues.
  • Les joueurs compulsifs et pathologiques ont tendance à être jeunes (moins de 30 ans).
  • Une étude effectuée au Québec auprès d'étudiants de niveau collégial indique que 26,8 % des joueurs pathologiques avaient tenté de se suicider, en comparaison avec 7,2 % des étudiants collégiaux qui n'avaient pas de problèmes de jeu.
  • Parmi un échantillon des membres de l'association américaine Joueurs anonymes, 48 % avaient envisagé le suicide et 13 % avaient tenté de se suicider.

Les émotions que procure le jeu sont très accrocheuses. Tout le monde aime gagner et il est démontré que le souvenir d'un gain reste plus présent à la mémoire que celui d'une perte.   La grande majorité des joueurs devenus qui sont devenus des accros du jeu racontent d'ailleurs avoir connu une phase de gain au cours de leurs premières expériences à des jeux de hasard. Cette phase de gain, que le joueur interprète souvent à tort comme une preuve qu'il est chanceux ou qu'il sait comment jouer, l'encourage à retourner au jeu. Toutefois, comme il s'adonne à une activité qui ne demande aucune forme d'habiletés et dont l'espérance de gain est négative, il ne peut que perdre à long terme. C'est alors qu'il entre dans une phase de perte.   Durant cette phase, le joueur garde espoir que la chance va tourner à nouveau. Il persiste donc à jouer. Il se dit que la prochaine fois sera la bonne. Il n'arrive pas à quitter le jeu dans une phase perdante. Souvent, les conséquences négatives de ses excès s'accumulent et le joueur ne voit plus de salut et de répit que dans le jeu. Le jeu est son problème, mais il l'utilise comme si c'était une solution...

 

Le joueur finit par atteindre une phase de désespoir, car tout son univers s'est écroulé. Le joueur se retrouve isolé de sa famille, son entourage et son milieu de travail. C'est souvent dans ces moments difficiles qu'il mesure pleinement les conséquences du jeu sur sa vie et qu'il entreprend une démarche pour s'en sortir.

 

Symptômes

 

Les principaux symptômes qui accompagnent ces périodes sont des sensations d'étouffement , des étourdissements , des sensations d'instabilité , des palpitations cardiaques, des tremblements , des suicides. On associe également la dépendance au jeu à une foule d'autres problèmes personnels et sociaux graves, tels que la faillite, l'éclatement de la famille, la violence familiale, l'agression, la fraude, le vol, voire l'itinérance

 

Signes qui peuvent indiquer la présence d'un problème avec le jeu  

  • Être préoccupé de manière constante par le jeu;
  • Avoir besoin de jouer avec des sommes d'argent croissantes pour atteindre l'état d'excitation désiré;
  • Faire des efforts répétés, mais infructueux pour contrôler, réduire ou arrêter le jeu;
  • Être agité ou irritable lors de tentatives de réduction ou d'arrêt de la pratique du jeu;
  • Jouer pour échapper aux difficultés de la vie ou à des humeurs indésirables;
  • Retourner, après avoir perdu aux sites de jeu pour essayer de se refaire (recouvrer ses pertes);
  • Mentir à sa famille et à ses relations pour dissimuler l'ampleur réelle de ses habitudes de jeu;
  • Commettre des actes illégaux (fraudes, falsifications, vols, détournements de fonds) pour financer la pratique du jeu;
  • Mettre en danger ou perdre une relation affective importante, un emploi, des possibilités d'études ou de carrière à cause du jeu;
  • Compter sur les autres pour obtenir de l'argent et se sortir de situation s désespérées à cause du jeu.

Quelques conséquences associées au jeu excessif  

 

Pour la société

  • Augmentation des coûts pour les soins de santé (du joueur et de son entourage);
  • Augmentation du nombre de faillites personnelles;
  • Absentéisme et perte de productivité au travail en raison des préoccupations occasionnées par le jeu;
  • Coûts associés aux démarches judiciaires et à l'incarcération pour les joueurs ayant commis des actes illégaux.
Pour l'individu   Les jeunes
  • Apparition de la criminalité pour se procurer l'argent pour jouer;
  • Décrochage scolaire;
  • Isolement et conflits avec l'entourage.
Les adultes
  • Éclatement des relations avec l'entourage;
  • Isolement;
  • Dégradation de la santé physique et psychologique;
  • Endettement;
  • Criminalité.
Les personnes âgées
  • Appauvrissement;
  • Isolement;
  • Dégradation de la santé physique et psychologique;

Pour la famille

  • Appauvrissement des familles;
  • Éclatement des familles;
  • Transmission du problème de jeu aux enfants.

La prévention

  Pour les enfants  
  • Assurez-vous que vos enfants comprennent bien la notion du hasard et le fait qu'il est impossible de prédire ou de contrôler l'issue d'un jeu de hasard.
  • Soyez attentif aux fausses croyances que votre enfant pourrait entretenir à propos des jeux de hasard et aidez-le à les corriger.
Pour l'entourage
  • Observez et corrigez toute mauvaise compréhension de la notion du hasard. Assurez-vous que les gens qui vous entourent soient conscients qu'il n'existe pas de stratégie aux jeux de hasard et qu'il est impossible de prédire les résultats.
  • Observez si une personne qui s'adonne à des jeux de hasard manifeste des comportements énumérés dans la section jeu et dépendance. Si c'est le cas, vous pouvez aborder le sujet en douceur en évitant de parler de problème ou de tenir des propos moralisateurs. Soyez attentif aux émotions de cette personne. Elle souffre et a besoin d'encouragement.
  • Il existe des livres, des articles, des documents et de nombreux sites internet sérieux qui traitent de la problématique du jeu. Vous pouvez vous procurer ces documents et les suggérer à une personne aux prises avec un problème de jeu. Vous pouvez aussi plus simplement les laisser traîner à la vue de cette personne.
Pour vous-même
 
  • Observez vos comportements et vos croyances à propos des jeux de hasard. Certaines périodes de votre vie peuvent vous rendre plus vulnérable. Portez attention aux moments de solitude, à l'ennui, aux émotions fortes. Assurez-vous d'avoir des solutions de rechange saines et durables pour traverser ces moments difficiles.
  • Informez-vous à propos des jeux de hasard en lisant la documentation sérieuse sur le sujet.
  • Si vous trouvez que le jeu prend déjà trop de place dans votre vie, vous pouvez consulter gratuitement des professionnels de la santé formés pour vous aider à résoudre cette difficulté.

 

La solution

 

La solution en Psychothérapie est d'identifier la cause, la source de l'évasion et de ses symptômes pour les eliminer dans le but à ce que l'individu soit bien dans sa peau.  La méthode la plus rapide et précise est par l'hypnose. Les différentes techniques; de visualisation, de relaxation, de respiration et détente, d'hypnotisme, le subliminal, et de suggestions post-hypnotiques. Il n'y a rien d'artificiel ou de supernaturel. Chacun possède une capacité naturelle de réponse à l'hypnose. Malgré son nom issu du Grec «Hypno» (qui signifie sommeil) et contrairement à ce que pense la majorité, l'état hypnotique n'a rien à voir avec le sommeil ordinaire, il s'agit plutôt d'un outil à qui permet à l'individu d'atteindre l'état ALPHA à différents niveaux de profondeur. En état ALPHA l'inconscient de l'individu est plus réceptif ou actif ce qui facilite à éliminer les troubles émotifs du passé. En fait, ce qui se produit c'est que la personne demeure toujours consciente de ce qui se passe, même au cours de la séance la plus profonde. L'hynose est un outil extrèmement puissant pour régler diverses pathologies et symptômes.

  1. La première rencontre; l'entretien verbal avec le patient qui vous exprime les expériences négatives de son passé qu'il aimerait libérer. Cette rencontre permet au thérapeute avec l'accord de son patient d'expliquer comment se déroulera la thérapie. À la fin de cette première rencontre, l'hypnothérapeute fait vivre à son patient une brève initiation à l'hypnose. (la durée de la séance est habituellement 1 heure et plus).
  2. La deuxième rencontre; léger suivi de la première séance, approfondissement de l'état hypnotique du patient. (la durée de la séance est entre 45 minutes à une heure).
  3. La troisième rencontre; le travail, l'acceptation, la libération des chocs ou manque de securité vécus par le patient. (la durée de la séance est habituellement 1 heure et plus).
  4. La quatrième rencontre; Fermeture, réconciliation de l'adulte avec l'enfant intérieur, une expérience d'identité propre, confiance en soi et s'aimer. (la durée de la séance est entre 45 minutes à une heure).

 

Honoraires pour les 4 seances

 

$150/par séance totalisant $600 pour les quatre séances.

Fréquence habituelle est une séance par semaine.  Toutefois, il y a possibilité d'une thérapie intensive de fin de semaine, pour les personnes en provenance de l'extérieure. 

Centre de Detox Véniez

Dites-le-à un ami    © 1991 - 2008  Conception de Sites Web CPMDQ . Tous droits réservés.