Près d'un quart des Canadiens ont déclaré qu'eux-mêmes ou un membre de leur famille ont subi un effet indésirable évitable associé à leurs soins
Le cinquième rapport annuel présente des percées dans la sécurité des patients ainsi que des tendances clés en santé


OTTAWA, le 10 juin 2004 - Un nouveau rapport publié aujourd'hui par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) montre que près d'un quart des adultes canadiens (soit 5,2 millions de personnes) déclarent qu'ils ont eux-mêmes ou un membre de la famille subi des effets indésirables évitables. Le rapport Les soins de santé au Canada 2004 est le cinquième rapport annuel de l'ICIS sur l'état du système de santé.

"La toute récente publication de l'étude sur les effets indésirables au Canada nous a montré que plus d'un million de jours d'hospitalisation supplémentaires étaient attribuables aux effets indésirables. Assurément, c'est coûteux, tant sur le plan humain que sur celui du système de santé", de dire le président du Conseil d'administration de l'ICIS, M. Graham W. S. Scott, c.r. "Une nouvelle technologie, des innovations et un système de déclaration élargi sur les effets indésirables nous aideront à garantir aux Canadiens qu'ils peuvent toujours compter sur le système de santé."

Dans le rapport, on compare également pour la première fois à quelle fréquence les Canadiens subissent différents types d'événements indésirables, y compris s'ils reçoivent le mauvais médicament ou la mauvaise dose, s'ils attrapent une infection à l'hôpital, s'ils sont victimes d'un traumatisme à la naissance ou si on a laissé un corps étranger (disons une éponge) dans le corps du patient après une intervention. Certains types d'événements, tels que les transfusions de sang contaminé par le virus du VIH, sont très rares (dans les recherches, on estime le risque à environ 1 par 10 millions d'unités de sang). D'autres événements sont plus communs : 1 adulte sur 9 aux prises avec des problèmes de santé dit qu'un médecin, l'hôpital ou un pharmacien lui a donné le mauvais médicament ou une mauvaise dose au cours des deux dernières années; 1 adulte sur 9 ou 1 enfant sur 11 ont attrapé une infection (p. ex. une pneumonie, infection des voies urinaires) à l'hôpital.

Cette année, l'ICIS fait rapport sur son premier indicateur national sur la sécurité des patients. Parmi ces indicateurs, on trouve :

-Corps étrangers (p. ex. une éponge ou un instrument) laissés dans le patient après une intervention Entre 2000-2001 et 2002-2003, on estime que pour 6 667 cas de chirurgie ou de soins médicaux, seulement un patient avait un corps étranger laissé par erreur à l'intérieur de lui après une intervention.

-Fracture de la hanche à la suite d'une intervention Entre 2000-2001 et 2002-2003, pour une tranche de 1 124 hospitalisations en chirurgie ou en soins médicaux chez les personnes âgées, seulement un patient a subi une fracture de la hanche.

-Traumatisme à la naissance Les traumatismes à la naissance (blessures) surviennent chez près de 11,6 cas parmi 1 000 naissances à l'hôpital, soit 1 traumatisme pour 81 nouveau-nés.

Les points saillants du chapitre sur la sécurité des patients du rapport Les soins de santé au Canada 2004 de l'ICIS sont les suivants :

-Au Canada, les chercheurs M. Ross Baker et M. Peter Norton ont récemment constaté que, en 2000-2001, les événements indésirables surviennent dans 7,5 % des admissions en chirurgie ou en soins médicaux dans les hôpitaux de soins de courte durée non spécialisés. Des évaluateurs experts disent que 37 % de ces événements indésirables sont "très évitables".

-Les experts soutiennent que la sous-déclaration rend difficile la réduction de l'incidence des événements indésirables. Ainsi, plus de 70 % des professionnels de la santé canadiens interrogés en 2003 ont dit que la sous-déclaration des réactions indésirables aux médicaments était un problème très ou assez sérieux.

-Environ les deux tiers des Canadiens (67 %) croient que la menace de poursuite pourrait mener à une pénurie de médecins dans les spécialités à risque élevé; toutefois, un plus grand nombre de personnes (76 %) croient que cette même menace pourrait assurer des soins de qualité. Selon l'Association canadienne de protection médicale, le nombre de réclamations au Canada contre les médecins pour faute professionnelle s'est stabilisé au cours des dernières années, s'échelonnant de 1,7 à 2,5 réclamations par 100 médecins par année.

-Dans le rapport, on trouve des exemples de stratégies de soins sécuritaires éprouvées et qui portent fruit comme l'utilisation d'outils électroniques dans le but de prévenir les erreurs de médicaments et la mise en oeuvre d'interventions visant à réduire les risques de chirurgies du mauvais côté.

AUTRES RESULTATS - LES SOINS DE SANTE AU CANADA 2004

Comme auparavant, le rapport sur la santé de l'ICIS présente également une nouvelle information sur d'autres sujets liés à la prestation des soins de santé au Canada, notamment les ressources humaines de la santé, les dépenses de santé, les temps d'attente, une information sur les tendances régionales sur les césariennes, les taux de mortalité à la suite d'une crise cardiaque et les taux de réadmissions pour l'asthme et la pneumonie. Voici certains des points saillants d'intérêt :

-Moins de gens passent une nuit à l'hôpital (les volumes de patients hospitalisés sont passés de 3,6 millions en 1985-1986 à 2,9 millions en 2000-2001), à l'opposé, la chirurgie d'un jour est beaucoup plus courante; elle représente plus de la moitié (50,6 %) des hospitalisations en 2001-2002.

-Les Canadiens à faible revenu étaient plus susceptibles que les autres Canadiens d'avoir passé une nuit à l'hôpital au cours de la dernière année, presque aussi susceptibles d'avoir visité un médecin, mais moins susceptibles d'avoir vu un dentiste.

-En 2002-2003, 71 établissements dans 6 provinces ont surveillé les temps d'attente pour les services en réadaptation. Dans l'ensemble, 4 patients sur 10 (42 %) ont été admis le jour même de la demande de consultation. Environ la moitié (52 %) de ceux qui avaient été acheminés par des unités de patients hospitalisés et de réadaptation du même établissement ont attendu un jour avant de recevoir les soins. Les temps d'attente moyens variaient entre 2 et 12 jours dans le cas des patients qui avaient été acheminés par des établissements de soins pour bénéficiaires internes, des cabinets privés, d'autres établissements de réadaptation, des services de soins ambulatoires et d'autres sources.

-L'âge moyen de la main-d'oeuvre en santé augmente. Entre les recensements de 1991 et de 2001, la proportion de travailleurs âgés de 45 à 64 ans a augmenté. Cette tendance est plus prononcée dans les professions de la santé qu'au sein de l'ensemble de la main-d'oeuvre.

-En 2003, on estime que le Canada a dépensé 121,4 milliards de dollars en soins de santé, soit une moyenne de 3 839 dollars par personne.

-Dans l'ensemble, l'issue des crises cardiaques et des AVC - parmi les causes principales de décès au Canada - semble s'améliorer légèrement, mais on observe toujours des différences marquées selon l'endroit au pays. Entre 1999-2000 et 2001-2002, 11,8 % des patients hospitalisés en raison d'un infarctus aigu du myocarde (IAM) sont décédés à l'hôpital dans les 30 jours, tandis que la proportion des patients victimes d'un AVC et décédés à l'hôpital dans les 30 jours était de 18,7 %.

"Etant dans sa cinquième année, la série de rapports Les soins de santé au Canada est devenue un outil fondamental dans l'approfondissement de la connaissance du public sur le système de santé. De plus, les responsables de l'élaboration des politiques, les administrateurs des hôpitaux, les chercheurs, les autres intervenants du système de santé et les étudiants utilisent régulièrement le rapport" de dire Mme Jennifer Zelmer, vice- présidente, Recherche et analyse.

LES SOINS DE SANTE AU CANADA 2004 : UN CINQUIEME RAPPORT ANNUEL

Le rapport Les soins de santé au Canada 2004, produit par l'ICIS avec l'aide de Statistique Canada, offre une information courante et mise à jour à l'échelle locale, régionale, nationale et internationale à partir de différentes sources, y compris des études de l'ICIS et des données de Statistique Canada.

Le rapport de 2004 comprend également une nouvelle information mise à jour sur les 24 mesures clés de la santé et des soins de santé pour les 78 régions sanitaires au Canada, ce qui représente plus de 90 % de la population du pays. Les régions dont la population est de 75 000 habitants ou plus sont comprises dans les comparaisons. Ces données sont disponibles dans le document d'accompagnement, Indicateurs de santé 2004.

INSTITUT CANADIEN D'INFORMATION SUR LA SANTE

L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) est un organisme pancanadien autonome et sans but lucratif qui oeuvre à améliorer la santé des Canadiens et le système de santé en fournissant une information de qualité sur la santé. Le mandat de l'ICIS, tel que défini par les ministres de la Santé du Canada, est de coordonner le développement et l'entretien d'un système commun d'information sur la santé au Canada. A cette fin, l'ICIS est chargé de fournir en temps opportun l'information appropriée et nécessaire en vue d'établir des politiques de santé avisées, de gérer avec efficacité le système de santé canadien et de sensibiliser le public aux facteurs qui influent sur la santé.

Pour de plus amples renseignements ou pour les fiches d'information, veuillez consulter le site Web de l'ICIS au www.icis.ca

Pour plus d'informations :
Renseignements:

Anick Losier
(613) 241-7860, poste 4004
cell. : (613) 294-9544

Leona Hollingsworth
(613) 241-7860, poste 4140

On pourra télécharger les rapports à partir du site

www.icis.ca


INSTITUT CANADIEN D'INFORMATION SUR LA SANTE