Constituée sous les lois du chapitre S-40 des lois syndicales, publiée à la Gazette Officielle du Québec en août 1991, la CPMDQ est une centrale syndicale à but non lucratif qui gère et chapeaute majoritairement des syndicats professionnels regroupant les thérapeutes de la médecine douce.

 

Informations bien-être

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique !

Vous y trouverez des informations sur le Bien-être et le Mieux-être, rédigées par des journalistes spécialisés dans les médecines douces, les thérapies et les techniques complémentaires de santé.

Alimentation Biologique


Pourquoi manger bio ? Quels produits consommer ? Pourquoi ceux-là précisément ? Comment ?
Manger bio, c'est bien plus qu'acheter des aliments exempts de pesticides et d'OGM : c'est découvrir de nouveaux goûts, de nouvelles textures, de nouvelles recettes....
Nous vous accompagnons dans cette découverte avec des dossiers complets, des fiches techniques précises sur les produits spécifiques de la bio, et bien sûr, des recettes de cuisine ! N'hésitez pas à nous interroger...

Pourquoi manger bio ?

Pour la santé : Meilleur ou pas meilleur pour la santé ? Certaines études assurent que oui, d’autres les contredisent... D’un côté des aliments naturels, de l’autre des aliments auxquels on a ajouté, dès leur croissance, des produits de synthèse dont on ne connaît pas encore tous les effets... C’est sûr, on retrouve parfois des résidus de pesticides, y compris en bio, parce que quand l’air est pollué... Mais il y en a de toutes façons moins que dans les produits arrosés d’engrais et insecticides chimiques... En l’absence de certitude et de conviction personnelle, le principe de précaution mérite d’être appliqué. Il reste que le logo AB vous garantit des produits sans OGM, sans conservateurs ni additifs de synthèse. Vous êtes sûrs de ne pas avaler à votre insu des substances synthétiques dont on pourrait plus tard démontrer des effets négatifs. Il faut aussi penser à la santé des agriculteurs. De plus en plus d’études médicales démontrent que l’utilisation de perticides à haute dose dans les exploitations met leur santé et celle de leurs enfants en danger.

Pour les saveurs : Les aliments biologiques sont souvent plus savoureux, les plantes ont eu le temps de pousser dans une terre qui n’est pas forcée, et sont issues de variétés sélectionnées pour leur goût, leur rusticité. Les process de fabrication sont respectueux des qualités nutritives des aliments, qui sont le plus proches possible de leur état naturel, le moins raffinés, désodorisés, édulcorés possible. Ils ont souvent un goût plus marqué que les produits conventionnels.

Pour les hommes : En bio, les agriculteurs touchent un revenu décent en exerçant une activité valorisante, bien mieux en tout cas que leurs collègues du conventionnel qui sont pris dans un engrenage de subventions, de quotas et d’endettement tout à fait illogiques. Cela étant, l’agriculture bio n’est pas la panacée, la vie est dure pour ces paysans-là aussi. Rappelons que la bio n’est pas subventionnée ! Pourtant, non seulement elle ne nécessite pas de dépollution en aval, mais elle crée des emplois : le désherbage manuel, par exemple, ça demande quelques paires de bras, contrairement aux herbicides de synthèse... Plus de main-d’oeuvre, moins de rendements, plus de temps passé, pas de subventions... Tous ces surcoûts se répercutent sur les prix.

Pour l’environnement : Quand on achète un produit bio, on sait que sa production n’a pas déversé de résidus néfastes dans la nature, ni n’a détruit irrémédiablement d’espèces... Si de plus c’est un produit local et de saison, on sait que son transport et sa culture ont été économes en énergie, ce qui permet de ne pas aggraver l’effet de serre. La bio se soucie de la biodiversité, et lutte contre l’uniformité. Bien souvent, elle utilise des variétés oubliées, choisies pour leurs qualités gustatives ou nutritionnelles. Topinambours, choux-raves, blés anciens, petites pommes d’antan...

Pour la sécurité : L’agriculture biologique est très surveillée. Des laboratoires indépendants effectuent des contrôles annuels dans les exploitations, croisent des données, vérifient les comptes, analysent les produits, pour débusquer les rares fraudeurs. Et quand il y en a, on les trouve, ce qui est finalement rassurant !!!

Au bout du compte... Il faut comparer ce qui est comparable. Quand on achète un produit bio, on sait que sa qualité a été contrôlée, que sa production s’est faite en protégeant l’environnement, qu’il a peut-être même contribué à créer des emplois, que ceux qui l’ont travaillé l’ont fait avant tout avec plaisir et amour de leur métier... Tout cela a un coût, payé par les producteurs, et répercuté sur le prix de vente. Derrière un produit conventionnel, on oublie qu’on paye en plus avec nos impôts les subventions d’agriculteurs dévalorisés, les dépollutions environnementales, les coûts de santé des uns et des autres. Sans compter les blessures irrémédiables qui ont été causées. Avec l’agriculture biologique, tout le monde est à sa juste place, et s’y retrouve. Le producteur, le transformateur, le consommateur, la planète, tout est équilibré.

Choisir de manger bio, ce n’est pas un luxe de nantis égoïstes, c’est un acte généreux, solidaire, prospectif et responsable !





 

 

Nos commanditaires:  CelluMtl - Morand Ford Lincoln - THERAOFFICE - Beaulne & Rhéaume Ltd.

© 1991 - 2005 Conception de Sites Web CPMDQ. Tous droits réservés. CPMDQ.