Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ)


Mission Portail Plan du site Pour nous joindre




   Accueil
   Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ)





Le Sureau noir du Québec

 

Le Sureau

Noms communs : sureau, sureau noir, sambu.


Noms botaniques :
Sambucus nigra, Sambucus canadensis, famille des caprifoliacées.


Noms anglais :
elder, black elder, elderberry, american elder.

Parties utilisées : les fleurs et les baies.


Habitat et origine :
arbuste ou arbrisseau qui pousse dans les bosquets et les terrains incultes, en Europe, en Amérique du Nord et dans la plupart des régions tempérées. Bien qu'il en existe plusieurs espèces, seuls le sureau noir et le sureau blanc ont fait partie d'une véritable tradition médicinale.


Indications

Usage reconnu

Baies – Traiter la grippe.

Usage reconnu

Fleurs séchées — Traiter le rhume et les inflammations des voies respiratoires.

Usage traditionnel

Fleurs et baies —Traiter la bronchite, la sinusite, le mal de gorge et le rhume, combattre les infections virales, dont la grippe et l’herpès, traiter les infections des voies urinaires et soulager les douleurs rhumatismales.

 

Posologie

Rhume et inflammation des voies respiratoires

Fleurs

  • Infusion. Infuser de 3 g à 5 g de fleurs séchées dans 150 ml d'eau bouillante durant 10 à 15 minutes. Boire trois tasses par jour.
  • Extrait fluide (1 :1, g/ml). Prendre de 1,5 ml à 3 ml par jour.
  • Teinture (1 :5, g/ml). Prendre de 2,5 ml à 7,5 ml par jour.

Baies

  • Extrait ou sirop. Suivre les indications du fabricant, car la concentration des extraits ou sirops peut varier d'un produit à l'autre.

 

Historique

Le nom latin Sambucus fait allusion aux flutiaux (sambuca) que les pâtres grecs taillaient dans le bois tendre du sureau. Galien (médecin grec du IIe siècle de notre ère) recommandait le sureau contre les catarrhes et les excès de mucus. Il tenait son savoir de ses confrères qui avaient jeté les bases de la médecine moderne au cours de l'ère précédente. En effet, quelques siècles auparavant, Pline l'Ancien attribuait au sureau les mêmes propriétés. Le savoir grec a également voyagé vers l'Asie et le sureau fut intégré à la pharmacopée de la médecine ayurvédique (Inde).

En Amérique du Nord, les Amérindiens attribuaient les mêmes propriétés au sureau blanc (Sambucus canadensis) dont la composition est, comme on l'a découvert plus tard, semblable à celle de son cousin européen. Au Québec, le sureau blanc a longtemps tenu une place de choix dans la médecine domestique des Canadiens français.

En Italie, en Belgique, en France, en Allemagne et en Angleterre, on lui reconnaît des vertus diurétiques, diaphorétiques (qui provoque la sudation) et anti-inflammatoires. Au Moyen Âge, on a utilisé l'eau de sureau (eau dans laquelle on a fait macérer des fleurs) pour éclaircir le teint et atténuer les taches de rousseur.

Fleurs et fruits ont longtemps servi à la fabrication de boissons rafraîchissantes. Au printemps, on en buvait de grandes quantités afin de purifier l'organisme des toxines accumulées durant l'hiver. On dit même que certains vins auraient été adultérés avec du sureau. Une légende qui date de la fin du XIXe siècle veut qu'un marin américain qui s'était enivré avec du porto additionné de jus de sureau ait été guéri de ses rhumatismes.

De nos jours encore, on trouve souvent des sureaux dans les vieux jardins de monastères et, avec un peu de chance, un vieux moine ou une moniale se souviendra qu'on tirait des fleurs et des fruits un sirop contre la toux.

 

Recherches

Efficacité incertaine Grippe. En 1993, un essai à double insu avec placebo a été mené auprès de 27 sujets dans un kibboutz israélien au cours d'une épidémie de grippe. Les résultats indiquent qu’un extrait de baies de sureau (sirop Sambucol®) a été nettement supérieur au placebo pour soulager rapidement les symptômes de la grippe1. Au bout de deux jours, 93,3 % des sujets traités au sureau voyaient déjà un soulagement important de leurs symptômes, tandis qu'il a fallu attendre six jours pour que 91,7 % des personnes du groupe placebo montrent une amélioration similaire1. Au cours de la saison grippale 1999-2000, des chercheurs israéliens ont mené, en Norvège, un essai à double insu contre placebo auprès de 60 sujets atteints d’influenza de types A et B2. Les auteurs rapportent que le sirop de sureau a eu pour effet d’enrayer les symptômes de la grippe quatre jours plus tôt et de réduire nettement le recours aux médications de secours en comparaison avec les sujets qui prenaient le placebo. Des données in vitro indiquent que cette préparation (Sambucol®) inhibe le développement de nombreuses souches de types A et B du virus de l'influenza1 et a un effet immunostimulant3,4.

Usage reconnu Rhume et inflammations des voies respiratoires. En 1986, la Commission E approuvait l'usage médicinal des fleurs de sureau pour le traitement du rhume. En 1999, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) reconnaissait l’usage traditionnel des fleurs de sureau comme diaphorétique (qui provoque la sudation) et expectorant. Ces deux organismes rapportaient que des essais in vitro et sur des animaux permettaient d'établir que les fleurs avaient une action anti-inflammatoire, diurétique et sudorifique.

Usage traditionnel Sinusite. Une préparation fabriquée en Allemagne et comprenant des fleurs de sureau, de la gentiane, de la verveine, de la primevère et de l'oseille (Sinupret®) aurait donné de bons résultats dans des essais menés sur des sujets souffrant de sinusite chronique et aiguë5, mais les résultats de ces études, menées principalement en Allemagne, ne sont pas répertoriés dans la banque de données Medline.

 

Précautions

Contre-indications

  • Grossesse, allaitement et jeunes enfants. L’OMS déconseille l’usage des fleurs de sureau chez les femmes enceintes, chez celles qui allaitent et chez les jeunes enfants en raison de l’insuffisance de preuves quant à leur innocuité. D’autres sourcesestiment qu’il n’existe pas de restriction à cet égard6,7. L’injection d’une substance isolée (lectine) extraite du sureau à des souris enceintes a eu un effet toxique sur leur foetus. Les auteurs de cette étude ont fait remarquer qu’étant donné les hautes doses administrées, il était peu probable qu'une telle chose se produise chez des humains8. En outre, une étude de pharmacovigilance a porté sur 762 femmes enceintes qui avaient pris, au moins une fois durant leur grossesse, une préparation renfermant, entre autres plantes, des fleurs de sureau (Sinupret®). Elles ont donné naissance à 786 enfants et aucun effet tératogène ou embryotoxique n’a été observé9. La documentation médicale ne signale pas non plus d’effets tératogènes ou embryotoxiques attribuables aux fruits mûrs, et le sirop de sureau était traditionnellement donné aux enfants.
  • Personnes allergiques aux plantes de la famille des caprifoliacées.

Effets indésirables

  • Rarement, légers troubles gastro-intestinaux passagers.

 

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

  • Théoriquement, les effets du sureau pourraient s’ajouter à ceux des plantes ou des suppléments qui ont une action diurétique, décongestionnante ou anti-inflammatoire.

Avec des médicaments

  • Théoriquement, les effets du sureau pourraient s’ajouter à ceux des médicaments de synthèse qui ont une action diurétique, décongestionnante ou anti-inflammatoire.
  • Théoriquement, le sureau pourrait contrer les effets des immunodépresseurs.

 

Sur les tablettes

Le sureau est souvent utilisé en association avec d’autres plantes dans des produits destinés à soulager le rhume, la grippe et la fièvre qui les accompagne.

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Bibliographie

Barnes Joan, Anderson A. Linda, Phillipson David J. Herbal Medicines, Pharmaceutical Press, Grande-Bretagne, 2002, deuxième édition.
Blumenthal M., Goldberg A., Brinckmann J.(Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council - publié par Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements – Elderberry, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 8 juin 2006]. www.naturalstandard.com
Organisation mondiale de la santé. WHO monographs on selected medicinal plants, vol. 2, Suisse, 2002.
PubMed - National Library of Medicine. [Consulté le 30 octobre 2006]. www.ncbi.nlm.nih.gov
The Natural Pharmacist, - Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements - Elderberry, ConsumerLab.com [Consulté le 8 juin 2006]. www.consumerlab.com
Therapeutic Research Faculty (Ed). Elderberry, Elderflower, Natural Medicines Comprehensive Database. [Consulté le 8 juin 2006]. www.naturaldatabase.com

Notes

1. Zakay-Rones Z, Varsano N, et al. Inhibition of several strains of influenza virus in vitro and reduction of symptoms by an elderberry extract (Sambucus nigra L.) during an outbreak of influenza B Panama.J Altern Complement Med. 1995 Winter;1(4):361-9.
2. Zakay-Rones Z, Thom E, et al. Randomized study of the efficacy and safety of oral elderberry extract in the treatment of influenza A and B virus infections. J Int Med Res. 2004 Mar-Apr;32(2):132-40.
3. Barak V, Birkenfeld S, et al. The effect of herbal remedies on the production of human inflammatory and anti-inflammatory cytokines. Isr Med Assoc J. 2002 Nov;4(11 Suppl):919-22.
4. Barak V, Halperin T, Kalickman I. The effect of Sambucol, a black elderberry-based, natural product, on the production of human cytokines: I. Inflammatory cytokines. Eur Cytokine Netw. 2001 Apr-Jun;12(2):290-6.
5. Marz RW, Ismail C, Popp MA. [Profile and effectiveness of a phytogenic combination preparation for treatment of sinusitis]. [Article en allemand, résumé en anglais]. Wien Med Wochenschr. 1999;149(8-10):202-8.
6. McGuffin M (Dir). Botanical Safety Handbook, CRC Press, États-Unis, 1997.
7. Blumenthal M., Goldberg A., Brinckmann J.(Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council - publié par Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
8. Paulo E. Effect of phytohaemagglutinin (PHA) from the bark of Sambucus nigra on embryonic and foetal development in mice. Folia Biol (Kraków) 1976; 24: 213-222. Étude citée et résumée dans : Barnes Joan, Anderson A. Linda, Phillipson David J. Herbal Medicines, Pharmaceutical Press, Grande-Bretagne, 2002, deuxième édition.
9. Ismail C, Wiesel A, et al. Surveillance study of Sinupret in comparison with data of the Mainz birth registry. Ar
ch Gynecol Obstet. 2003 Feb;267(4):196-201. Epub 2002 May 15.

 

Voir le site Verger du Sureau

 

Création de Sites Web Originale par CONCEPTION CPMDQ

.

© Commission des Praticiens en M édecine Douce du Québec,

2007 Tous droits réservés

http://conception.cpmdq.com

Search powered by Powered by Google